Agora Industries, le groupe industriel toulousain présidé par Benoît Moulas, vient d’annoncer qu’il cédait sa filiale Microtec à son président Fabrice Marchese. En 2020, la PME de 110 salariés devait réaliser 10 M€ de chiffre d’affaires dans les secteurs de l’électronique du spatial, de l’aéronautique, de l’automobile, de la défense et de la santé. La cession majoritaire a été réalisée au profit de la société AFJ détenue par Fabrice Marchese alors qu’une part minoritaire revient aux salariés managers de la PME ainsi qu’à Allier Capital, détenu par Guillaume Allier. Cette cession “donnera à Microtec des moyens nouveaux pour continuer de se développer notamment dans le secteur de l’électronique de défense” a réagi Benoît Moulas. Le repreneur de Microtec entend maintenir à Toulouse toutes les compétences de Microtec.

En 2018, la PME qui est spécialisée dans la fabrication d’équipements électroniques avait inauguré à Ramonville près de Toulouse un nouveau site industriel de 3 200 m2 qui accueille aujourd’hui 110 collaborateurs. Il a nécessité un investissement de 2,8 M€ notamment pour la construction d’ateliers, de salles blanches et de bureaux dédié à l’ingénierie. Le site abrite notamment une ligne d’assemblage automatisée. “L’acquisition de Microtec va nous permettre de développer une stratégie d’équipementiers pour des besoins identifiés pour la défense” assure Fabrice Marchese qui prévoit d’”intensifier” les investissements et d’embaucher plusieurs salariés dès 2021. À terme, AFJ qui contrôle désormais Microtec a pour ambition de racheter des entreprises de l’électronique, notamment dans la défense. De son côté, Agora Industries va maintenant se concentrer sur le développement de sa principale filiale, Comat.

Lire l’intégralité de l’article La Dépêche

Source : Toulouse : Agora Industries se sépare de Microtec – ladepeche.fr
Crédit : Gil Bousquet